Aimer à la manière d’Abraham et de Joseph est un vrai défi comment est-ce que je peux aimer sans posséder ? Être au service de ceux que j’aime sans les retenir pour moi ?
« Espérant contre toute espérance » est-ce que cela m’arrive de faire un pari osé en comptant sur le Seigneur ?
Saint Paul nous parle d’un « Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l’existence de ce qui n’existe pas ». Pour lui croire en Dieu c’est croire en la résurrection. J’ouvre mon cœur au mystère de Pâques avec ce Dieu qui crée relève et régénère.

Quelques propos retenus

Est-ce qu’on peut parler d’aimer quand on veut posséder ?

Nous nous retrouvons être témoins de cet amour, tant auprès des enfants, des personnes âgées, des personnes en deuil, des mamans, des réconciliations entre les personnes…

Saisir ce qui est donné, accepter de le recevoir…

Les personnes âgées ont déjà beaucoup donné et elles donnent toujours à ceux qui prennent le temps …

Une paternité spirituelle c’est laisser la personne libre d’aller chercher ce dont elle a besoin là où elle a besoin et d’être un guide présent et disponible.

Faire confiance… Oser ne m’est pas si évident, je suis parfois frileux mais avec d’autres c’est plus rassurant de m’engager.

On part parfois d’une idée un peu floue et à l’arrivée, nous avons réussi à impliquer bien au-delà de ce que nous pensions. Se laisser faire ; laisser agit la force de Dieu et de l’Esprit Saint.

Face aux situations complexes, être sincère dans sa foi chrétienne…

Ce que nous vivons, fait changer notre regard, nous fait évoluer dans notre relation à Dieu… « Ça réveille notre foi ! »

« J’ai besoin de toi pour prier ! »