EDITO par le Père Jean-Luc Roblin

Déjà, en cette fin du mois de février, nous entrerons dans le temps du Carême. Avec le Christ, nous allons vivre un passage de la mort à la vie. Le mercredi des Cendres, nous avons reçu au creux de nos mains un peu de cendres en signe de conversion. A la Vigile Pascale, nous tiendrons dans nos mains un cierge allumé, signe de la résurrection de Jésus.

J’aime bien ce temps liturgique du Carême qui coïncide avec un autre passage, celui de l’hiver au printemps. Déjà, nous retrouvons le goût de cultiver notre jardin ! Notre conception du Carême pourrait être dicté par un « il faut faire «  : Il faut faire des efforts, faire un sacrifice, faire un don à une association, etc. L’enjeu de ce temps du Carême n’est pas tant de faire que de se laisser faire : laisser Dieu nous prendre par la main, le laisser nous regarder, nous pardonner, nous aimer, nous pacifier.

Voilà ce que vient d’écrire le Pape François à propos du Carême :  » Notre vie ne nous est pas donnée comme un livret d’opéra où tout est écrit. Elle consiste à marcher, cheminer, agir, chercher, voir…On doit entrer dans l’aventure de la recherche, de la rencontre, et se laisser chercher et rencontrer par Dieu. »

Dans notre marche vers Pâques, portons particulièrement dans notre prière les catéchumènes qui seront baptisés à la Vigile Pascale. Des enfants recevront aussi le baptême le jour de Pâques. Portons dans notre prière les prêtres du diocèse qui vivront leur retraite de carême à Pontmain du 6 au 10 mars. Avec le Père Maxime, nous vivrons cette retraite, une belle occasion de vous porter dans notre prière et vous confier à Notre Dame de Pontmain. Confions au Seigneur nos familles, nos paroisses, et notre monde si beau et fragile !

Bonne route vers Pâques !