Après le dimanche de la tentation, voici le 2ème dimanche de carême appelé le dimanche de la Transfiguration : dimanche où nous sommes appelés à faire mémoire des merveilles du Seigneur. D’abord de l’appel que le Seigneur nous a lancé. On le voit dans le récit de la Genèse. Le patriarche qui ne s’appelle pas encore Abraham, mais Abram, est appelé par Dieu, sans raison aucune, à quitter son pays, à recevoir une bénédiction et avoir une fécondité extraordinaire, lui qui est un homme âgé et sans enfant. Il partit sans savoir où il allait. Et « c’est parce qu’il ne savait pas où il allait qu’il se savait être dans la vérité » dit Grégoire de Nysse. Dieu appelle Abraham pour faire alliance avec lui, le bénir, lui, et sa descendance. Il fait mémoire et il rend grâce pour cet appel de Dieu dans son histoire, c’est quelque chose de fondateur.

                  Si nous sommes ici, c’est que d’une manière ou d’une autre, nous avons été appelés. Nous ne sommes pas ici par hasard. C’est de cet appel dont il faut faire mémoire et rendre grâce. Nous le voyons dans le psaume, c’est cette même tonalité d’action de grâce et de confiance : « Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour ». Dans la 2ème lecture, saint Paul dans sa lettre à Timothée, à la fin de sa vie, quand il est en prison et qu’il sait que son heure va venir, nous dit : « Dieu nous a sauvés, il nous a appelés à une vocation sainte ». Saint Paul invite Timothée à qui il écrit, à refaire mémoire de la grâce du Seigneur. C’est important, pendant ce temps de carême pour pouvoir ensuite affronter la Passion.

                 Nous pouvons imaginer le désarroi des apôtres comme cela peut être le cas quand nos vies sont très agitées, il faut se remettre en face du Seigneur et refaire mémoire des fois où nous avons eu cette certitude intérieure de sa présence comme pour Abraham, comme pour saint Paul qui fait mémoire à la fin de sa vie du chemin de Damas et qui encourage les autres. Nous pouvons nous souvenir de Mère Teresa qui a eu tout un désert spirituel, mais qui toujours s’est appuyée sur sa propre vocation. L’appel de Dieu qui a été central dans sa vie. A travers cette transfiguration, c’est un encouragement.

                 Il y a des moments où nous avons perçu, peut-être à tâtons, ou peut-être de façon très claire, la présence de Dieu. Cela n’a pas été le fruit de notre imagination. Il y a des moments d’une clarté intérieure, c’est parfois juste un moment dans une vie, mais ce moment est fondateur. Il permettra d’avancer en eau profonde. Malgré cela, Pierre lui-même, colonne de l’Église, a renié le Seigneur. Si le Seigneur se révèle à nous, c’est pour nous emmener plus loin, ce n’est pas pour que nous nous arrêtions là. A nous de nous remettre face au Seigneur et de lui demander sa grâce et celle d’avoir l’humilité d’être éclairé.

                 Nous ne sommes peut-être pas assez audacieux dans notre prière, nous ne demandons peut-être pas assez d’être confortés dans notre foi pour savoir prendre des moments pour se mettre à l’écart afin de nous rendre disponibles pour que Dieu puisse se manifester à nous. Il peut le faire quand il veut, mais il préfère que nous désirions ces moments, que nous nous disposions à ces moments de rencontre, un peu comme Élie qui va vers la montagne de Dieu. A nous de prendre les moyens de rencontrer Dieu !

                 Sachons mettre en application la Parole venue du ciel : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ». Écouter Jésus, cela se fait notamment en lisant, en écoutant et en méditant la Parole de Dieu, ce sont des paroles de vie qui nous aident à traverser les moments les plus compliqués de notre vie

                 Demandons la grâce de rentrer dans cette certitude intérieure de la présence de Dieu dans nos vies. Les paroles de notre mère du ciel font écho à celles du Père. Confions-nous à son cœur maternel et demandons-lui, Elle la parfaite disciple, de nous aider à nous rendre disponibles, comme Elle, pour accueillir la Parole et la mettre en pratique. AMEN.